Chanson des cigales

Cigales, mes sœurs,
Qu’importe à nos cœurs
La richesse des granges pleines ?
Pourvu que nos voix
Sonnent par les bois
Quand midi flambe sur les plaines ?

Laissons la fourmi
Se glisser parmi
L’amas gisant des blondes gerbes,
Et les noirs grillons,
Hôtes des sillons,
Sautiller dans l’ombre des herbes.

Heureuses de peu,
Pourvu qu’un ciel bleu
Resplendisse à travers les branches,
Nous, nous comptons sur
La manne d’azur
Dont se nourrissent les pervenches.

Par les froids hivers
Nous n’allons pas vers
Ceux qui n’ont pas la voix ou l’aile ;
Dès qu’a fui l’été,
Nous avons été…
Mais notre gloire est immortelle.

Voter pour ce poème!

Jean Aicard Apprenti Poète

Par Jean Aicard

Jean François Victor Aicard, né le 4 février 1848 à Toulon et mort le 13 mai 1921 à Paris, est un poète, romancier et auteur dramatique français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des voyages. Embarquez avec nous, comme Jules Verne, et écrivez votre aventure.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Chanson de Beppo

Chanson du rivage