Il y avait de la terre en eux, et ils creusaient des tombes

Il y avait de la terre en eux, et

ils creusaient des tombes.

Ils creusaient et creusaient des tombes, leur jour s’en allait ainsi, leur nuit.

Et ils ne louaient pas Dieu

qui, ainsi l’entendaient-ils, avait voulu tout cela,

qui, ainsi l’entendaient-ils, avait voulu tout cela.

Ils creusaient des tombes et n’entendaient plus rien

ils ne devenaient pas plus sages, ne trouvaient aucun chant,

n’inventaient aucune langue.

ils creusaient des tombes.
Il vint un calme, il vint aussi un orage

vinrent les mers, toutes.

je creuse, tu creuses, des tombes.

Le ver fait de même, il creuse,

Et ce qui chante au loin dit : ils creusent des tombes.

O l’un, o aucun, o personne, o toi :

Où cela allait, puisque cela n’allait nulle part ?

O tu creuses des tombes et je creuse une tombe, et je me creuse une tombe pour aller vers toi
et au doigt s’éveille un anneau.

Voter pour ce poème!

Paul Celan Apprenti Poète

Par Paul Celan

Paul Celan, à l'origine Paul Pessach Antschel ou Ancel, né le 23 novembre 1920 à Cernăuți et mort le 20 avril 1970 à Paris, est un poète et traducteur roumain de langue allemande, naturalisé français en 1955. Son nom d'écrivain est la métathèse de son patronyme roumain.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une aventure. Embarquez avec nous en laissant votre trace.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Poésie i

Ô toi, Rose moussue…