Ô toi, Rose moussue…

Ô toi, Rose moussue et blonde, à tes oreilles,

Que mes vers chantent comme un murmure d’abeilles.
Que mon regard, vers toi glisse comme la Nuit

Qui glisse et qui t’endort sous l’or dont elle luit !
Que je te charme en invocations très douces,

— Comme les chants de la rosée au fond des mousses !
Quand tu voudras mon cœur pour t’amuser, je veux

Qu’il soit comme une fleur de sang dans tes cheveux !
Lorsque je pleurerai, je veux, ô petite oie,

Que tu prennes mes cris pour des accès de joie,
Et, lorsqu’on me mettra dans l’ombre du cercueil,

Que ta dernière larme embellisse ton œil,
Pour que ceux qui vivront, en te voyant plus belle,

Admirent dans ma mort ta jeunesse immortelle.

Voter pour ce poème!

Francis Jammes Apprenti Poète

Par Francis Jammes

Francis Jammes, né à Tournay le 2 décembre 1868 et mort à Hasparren le 1ᵉʳ novembre 1938, est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Il y avait de la terre en eux, et ils creusaient des tombes

Locutions des Pierrots, X