Le chat est auprès du feu…

Le chat est auprès du feu ; le pot bout.

Cette cuisine est très noire

et deux saucisses rouges sont au bout

d’une vieille canne noire.
Il pleut sur le vitrage de la cour.

Les vitres sont toutes noires,

et dehors la pluie qui est fine court

devant les fenêtres noires.
Je pense que je voudrais bien baiser,

dans sa robe toute noire,

une jeune fille auprès du brasier

de cette cuisine noire.
On verrait luire la lampe à gaz-mill

sur la cheminée qui est noire…

Ma petite chatte qui est très gentille

fait ronron et paraît noire.
Les carreaux rouges sont luisants, mouillés.

Les souches de vigne sont noires,

et les chenets en fer sont tout rouillés.

La cuisine est toute noire.
Mais si tu étais en chemise auprès

des tisons tout noirs, je pense

que là, toute seule tu serais

blanche, blanche, blanche, blanche.
1889.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments