Dans le chemin…

Dans le chemin toujours trempé, tant y est épais

le feuillage visqueux de l’aulne amertumé,

nous nous promènerons. Mais comme elle est plus grande

que moi, c’est elle qui écartera les branches

et elle encore qui mettra sur mon épaule

sa joue et ses yeux bleus qui fixeront le sol.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments