À l’auteur des Amours épiques

Chantre aimable, sur plus d’un ton,
Sous vos habiles doigts votre lyre résonne ;
Virgile, Homère, et le Tasse, et Milton,
De leurs lauriers détachent un feston
Pour composer votre couronne.
Autrefois du brave Memnon,
Fabuleux enfant de l’Aurore,
Le simulacre harmonieux,
Au gré de l’astre radieux
Par qui le monde se colore,
Rendait un son mélodieux ;
Vous, par un art plus merveilleux encore,
De six chantres divins, astres brillants des arts,
Poètes de Roland, d’Achille et des Césars,
Dont le Pinde moderne, et le vieux temps s’honore,
Vous rassemblez tous les rayons épars,
Et répétez les chants de leur lyre sonore.
Poursuivez, heureux Grandmaison,
Vers la célébrité courez d’un vol agile.
Je m’en souviens, dans ma jeune saison,
Des amis indulgents, du surnom de Virgile,
Sur la trompeuse foi de la terminaison,
Grâce à la consonance honorèrent Delille,
Et j’étais fier alors de la comparaison.
Le charme est dissipé, ce sobriquet sublime,
Je vous le rends ; je le dus à la rime,
Vous le devez à la raison.

Voter pour ce poème!

André Velter Apprenti Poète

Par Jacques Delille

Jacques Delille, souvent appelé l’abbé Delille, né à Clermont-Ferrand le 22 juin 1738 et mort à Paris dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 mai 1813, est un poète et traducteur français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'expression de l'âme. Exprimez-vous dans les commentaires.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À La princesse Jablonowska

À M. Turgot