Coin Obscur

On ferme la porte

Le courant
La croix

Le panneau blanc s’écaille

Les armes sur la main

Aucun appel dans l’air
Ou sur le fil

Le même silence qu’hier

Dans la bâtisse aux angles bleus de froid

Autour de la pelouse fraîche

Des éclats de tambours
Un battement de lames

Un grand nombre de jours

Des bêtes galopent au sens du tourbillon

De la boule emportée

Des traits de feu
Sur les pistes plus sombres

Enfin quelques visages familiers

Sortent de l’ombre

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments