Va-t en chien des nuits

la mer s’est retirée intacte du sang des grands poulpes échoués aux sables

dans le paysage qui se défait toujours à reprendre je cherche un souvenir de marée une fleur d’eau une rumeur de fureur mais trop de pistes brouillent leurs caravanes trop de mauvais soleils empalent aux arbres leur rancœur trop de menteurs portulans s’enlisent aux lignes de faîte toujours divergentes des hautes fourmis polisseuses de squelettes

de ce fougueux silence de la bouche de ce sable surgira-t-il rien sinon les pointes cariées de la futaie séchée

rage d’un insolite solstice allumé fauve à la limite barbare si défaillante de la mer va-t’en chien des nuits va-t’en inattendu et majeur à mes tempes

tu tiens entre tes crocs saignante

une chair qu’il m’est par trop facile de reconnaître

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments