Moisson

Une six-cylindres et deux

Fords au milieu des champs

De tous les côtés et jusqu’à l’horizon les javelles légèrement inclinées tracent un damier de losanges hésitants

Pas un arbre
Du nord descend le tintamarre de la batteuse et de la
fourragère automobiles

Et du sud montent les douze trains vides qui viennent
charger le blé

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments