Sous les Tropiques

Dans ces parages le courant des vagues couvre les
rochers d’une abondante floraison animale

Des éponges de toutes sortes

Des polypes si semblables par leur forme à des plantes
qu’on les appelle

Des « lys de mer » quand ils ont l’air de fleurs vivantes
fixées au fond de la mer par leur pédoncule

Des « palmiers marins » quand ils étalent au sommet
d’une tige qui peut atteindre 17 mètres leur panache
de bras semblables à des feuilles de dattiers

Les uns ont cinq bras d’autres en ont dix semblables à
des plumes couleur de rose et nagent en les faisant
onduler
Sur les récifs d’innombrables mollusques traînent leur coquille dont la variété est infinie
Aux formes surbaissées et à bouche arrondie sont venues s’ajouter les longues coquilles aux tours d’hélice nombreux
La coquille renflée et polie
Celle à longue ouverture évasée echancrée ou prolongée en canal
Et le mollusque qui vole dans l’eau à l’aide de deux larges ailes dépendantes de son pied qui vole dans la haute mer comme les papillons volent dans

Pair

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments