La Vie Fragile

Plus loin entre la plante grasse et le rideau
Dresser l’échelle

Les formes qui remuent dans le fond du jardin sont
blanches d’autres noires

Selon le mouvement brutal du réflecteur
Les maillots des arbres sont roses

Mais au premier plan une main tient la clef du cœur

Un couple ailé marche dans ces couleurs qui changent

Celui qui vole bas c’est l’homme

Celui qui va à pied c’est l’ange

Les yeux battent dans la lumière
La lampe fraîche du matin

Un fil cassé descend derrière
La tête nue s’incline et barre le chemin

Tout le reste est recouvert de feuilles mortes

Quant au ciel il s’ouvre par le fond et de côté mais en triangle

Pierre Reverdy
Vie

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments