enfants sacrifiés

Enfants,

 

Toujours vous resterez de nous-mêmes, un écho

de la réalité, l’intense découverte,

si nos journées anciennes ont fondé notre ego,

pourquoi est-ce la peine, d’en négocier la perte,

 

l’attention se diffuse, dans un regret souvent,

rester dans l’insouciance, jouer avec sa peur,

mais les portes se referment, emprisonnant le vent

pour n’avoir pas compris, assez tôt nos erreurs,

 

ainsi vous resterez également les témoins,

si vos journées nouvelles réconfortaient au moins

de nos égarements, le constat terrifiant,

 

la civilisation est l’ogresse du conte

et la modernité proclame en fin de compte :

« le monde, comme Chronos, dévore ses enfants »

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments