Pourquoi ?

Pour la première fois, quittant votre air morose,

Vous m’avez, hier soir, donné le bras. Tandis

Que j’allais près de vous ainsi, comme jadis,

J’ai senti contre moi palpiter quelque chose.
Mon visage soudain est devenu tout rose ;

Vous m’avez demandé ce que j’avais, je dis

N’importe quoi… : Mon Dieu ! c’était mon paradis,

Dont la porte s’ouvrait quand je la croyais close.
J’écoutais, j’écoutais (hélas ! le saviez-vous ?)

Votre cœur, sous ma main, qui battait à grands coups,

Et je vous regardais, disant : Il ressuscite !
Mais l’effroi s’abattit alors sur moi, plus vite

Qu’une pierre qui tombe en un lac… Oh ! pourquoi

Ton cœur bat-il si fort s’il ne bat pas pour moi ?
26 Juin 18…

Voter pour ce poème!

Louisa Siefert Apprenti Poète

Par Louisa Siefert

Louisa Siefert, née à Lyon le 1er avril 1845 et morte à Pau le 21 octobre 1877, est une poétesse française.
Louisa Siefert (1845 - 1877) était une poétesse française qui a laissé une poésie empreinte de douleur mais soutenue d’un vif spiritualisme protestant. Son premier recueil de poèmes, Rayons perdus, paru en 1868, connaît un grand succès. En 1870, Rimbaud s'en procure la quatrième édition et en parle ainsi dans une lettre à Georges Izambard : « J'ai là une pièce très émue et fort belle, Marguerite […]. C'est aussi beau que les plaintes d'Antigone dans Sophocle.»

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre jardin de vers, chaque commentaire est une fleur unique, à la manière de Villon. Plantez la vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Caligula – IIIème chant

Aux amis inconnus