fluides

Fluides,

À peine venus de rien
Et à peine avertis,
Nous sommes déjà partis
Dans un élan commun ;

Comme un rêve au printemps
S’égare en ses parfums,
Du bonheur en chemin
Se désire l’instant ;

Venant pour assouvir,
L’unique par le multiple,
La Vie donne périples
Et force aux souvenirs ;

L’avenir est criant
De vérités terribles,
Le présent est pénible
D’un silence, suppliant ;

Se pliant aux passions
Il n’y a de vertus,
En raison malvenue,
Sauvées sans compassion ;

Dépressions sans raison,
Juste autour de la mort,
Tourne l’âme vers le corps
Tous ses jours en prison ;

L’horizon s’éloigne-t-il
À mesure de la marche ?
Ou c’est enfin, une arche
Comme le serait une île ;

Il n’existe de vide
Sans un amour comblé,
D’un futur succombé
Nos présences sont fluides…

 

 

Voter pour ce poème!

zeugma Maître Poète

Par zeugma

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre jardin de vers, chaque commentaire est une fleur unique, à la manière de Villon. Plantez la vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

retour à la source

Mon paradis éternel