Quand je vois ces messieurs, desquels l’autorité

Sonnet CXVIII.

Quand je vois ces messieurs, desquels l’autorité
Se voit ores ici commander en son rang,
D’un front audacieux cheminer flanc à flanc,
Il me semble de voir quelque divinité.

Mais les voyant pâlir lorsque Sa Sainteté
Crache dans un bassin, et d’un visage blanc
Cautement épier s’il y a point de sang,
Puis d’un petit souris feindre une sûreté :

Ô combien (dis-je alors) la grandeur que je vois
Est misérable au prix de la grandeur d’un Roi !
Malheureux qui si cher achète tel honneur.

Vraiment le fer meurtrier et le rocher aussi
Pendent bien sur le chef de ces seigneurs ici,
Puisque d’un vieux filet dépend tout leur bonheur.

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre, comme Apollinaire dans la nuit.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Quand je vais par la rue, où tant de peuple abonde

Quand je vois ces seigneurs qui l’épée et la lance