Invocation à la lune

Ainsi qu’une jeune beauté
Silencieuse et solitaire,
Des flancs du nuage argenté
La lune sort avec mystère.
Fille aimable du ciel, à pas lents et sans bruit,
Tu glisses dans les airs où brille ta couronne,
Et ton passage s’environne
Du cortège pompeux des soleils de la nuit.
Que faistu loin de nous, quand l’aube blanchissante
Efface à nos yeux attristés
Ton sourire charmant et tes molles clartés ?
Vastu, comme Ossian, plaintive, gémissante,
Dans l’asile de la douleur
Ensevelir ta beauté languissante ?
Fille aimable du ciel, connaistu le malheur ?
Maintenant revêtu de toute sa lumière,
Ton char voluptueux roule audessus des monts :
Prolonge, s’il se peut, le cours de ta carrière,
Et verse sur les mers tes paisibles rayons.

Poésies d’Ossian

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Pierre Baour-Lormian

Poemes Pierre Baour-Lormian - Découvrez les œuvres poétiques de Pierre Baour-Lormian

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de poètes, où chaque mot compte, comme dans les vers de Mallarmé.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le poète mourant

Le petit lièvre