Nostalgique

ô lances de nos corps de vin pur

vers la femme d’eau passée de l’autre côté d’elle-même

aux sylves des nèfles amollies ^

davier des lymphes mères

nourrissant d’amandes douces d’heures mortes de stipes

d’orage de grands éboulis de flamme ouverts

la lovée massive des races nostalgiques

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments