Saison âpre

Cercle après cercle

quand les déserts nous auront un à un tendu tous leurs

miroirs

vainement les nuits ayant sur la tiédeur des terres étiré

leur cou de chameau fatigué

les jours repartiront sans fantôme à la poursuite de purs

lacs non éphémères

et les nuits au sortir les croiseront titubants

d’un rêve long absurde de graminées

Esprit sauvage cheval de la tornade gueule ouverte dans ta suprême crinière en moi tu henniras cette heure

Alors vent âpre et des jours blancs seul juge

au noir roc intime sans strie et sans noyau

jugeant selon l’ongle de l’éclair en ma poitrine profonde

tu me pèseras gardien du mot cloué par le précepte

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments