Les Plus Lus

  • Corona

    L’automne me mange sa feuille dans la main : nous sommes amis. Nous délivrons le temps de l’écale des noix et lui apprenons à marcher : le temps retourne dans l’écale. Dans le miroir c’est dimanche, dans le rêve on est endormi, la bouche parle sans mentir Mon œil descend vers le sexe de l’aimée […] Plus

    Lire la suite

  • Tenebrae

    Proche nous sommes, seigneur, Proche et saisissable. Déjà saisi, seigneur, Agrippés l’un à l’autre, comme si Le corps de chacun d’entre nous Était ton corps, seigneur. Prie, seigneur, Prie-nous, Nous sommes proche .Déformés nous sommes allés, Nous sommes allés, pour nous baisser Vers l’auge et les trous. Vers l’abreuvoir nous sommes allés, seigneur. C’était du […] Plus

    Lire la suite

  • Toi aussi parle

    Toi aussi parle parle comme le dernier dit ton message Parle – Mais ne sépare pas le oui du non Donne aussi le sens à ton message : donne lui l’ombre. Donne-lui assez d’ombre, donne-lui en tant, que tu en sais autour de toi partagée entre minuit et midi et minuit. Regarde alentour, vois, comment […] Plus

    Lire la suite

  • Mandorle

    Dans l’amande – qu’est-ce qui se tient dans l’amande ? Le Rien. Le Rien se tient dans l’amande. Il s’y tient, s’y tient. Dans le Rien – qui se tient là ? Le Roi. Là se tient le Roi, le Roi. Il s’y tient, s’y tient. Boucle de juif, tu ne grisonneras pas. Et ton […] Plus

    Lire la suite

  • Une fois

    Et là je l’ai entendu, là il lavait le monde hors des regards, toute la nuit durant réellement. un et sans fin anéantis, ressurgis du profond du moi lumière fut, sauvé! Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Cologne

    Temps du cœur, ils sont debout les rêvés pour les chiffres de minuit. un peu parla dans le silence immobile, un peu se tut un peu alla son chemin. Banni et perdu étaient chez eux. Vous cathédrales. Vous cathédrales, pas vu vous fleuves, pas entendu vos horloges si profondes en nous. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Zürich, Zum Storchen

    pour Nelly Sachs Nous avons parlé du Trop et du Trop-peu. Du Toi et du Non-toi, de la clarté qui trouble, de choses juives, de ton Dieu. De ça. Le jour : d’une ascension, la cathédrale était sur l’autre bord, avec de l’or elle vint à nous marchant sur l’eau. Nous avons parlé de ton […] Plus

    Lire la suite

  • Pensée de crâne

    Pensée de crâne, muette, sur la trace de flèche. Ton haut chant des chants, mâchoire à demi fracassée plantée dans la dure étincelle de février. Ce mille de mélancolie encore à parcourir. Embroussaillé maintenant de chose éteinte, bleu-cible, droit dans la barque, congédié aussi de bénédiction grinçante des écueils. 1967 Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Lit de neige

    Les yeux, aveugles au monde, dans le mouroir d’à-pics : j’arrive, dur plant au cœur. J’arrive. Falaise miroir de lune. Chute. (Lueur tachetée de souffle. Sang épars sur zones étroites. Âme se dissipant en formation nuageuse, une fois encore proche de la configuration nette. Ombre décadigitale — position crispée.) Les yeux aveugles au monde, les […] Plus

    Lire la suite

  • Matière de Bretagne

    Lumière de genêt, jaune, les pentes suppurent vers le ciel, l’épine courtise la plaie, cela sonne là-dedans, c’est le soir, le néant roule ses mers à la prière, la voile de sang fait route vers toi. Sec, envasé, le lit derrière toi, enjonque son heure, en haut, près de l’étoile, les ruisselets laiteux babillent dans […] Plus

    Lire la suite

  • Ce qui luit

    Le corps silencieux tu reposes près de moi dans le sable, étoilée au-dessus de toi. Est-ce un rayon qui perça jusqu’à moi ? Ou bien était-ce la sentence que l’on rendit contre nous ? Qui répand cette lumière ? Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.