Matière de Bretagne

Lumière de genêt, jaune, les pentes

suppurent vers le ciel, l’épine

courtise la plaie, cela

sonne là-dedans, c’est le soir, le néant

roule ses mers à la prière,

la voile de sang fait route vers toi.
Sec, envasé,

le lit derrière toi, enjonque

son heure, en haut,

près de l’étoile, les ruisselets

laiteux babillent dans la boue, datte de pierre

en contrebas, buissonnante, bée dans le bleu,

un arbrisseau d’éphémère, superbe,

salue ta mémoire.
(Me connaissiez-vous,

mains ? J’allai

le chemin fourchu que vous marquiez, ma

bouche crachait ses galets, j’allai,

mon temps, surplomb neigeux en marche,

jetait son ombre – me connaissez-vous ?)
Mains, la plaie

courtisée par l’épine, cela sonne,

mains, le néant, ses mers,

mains, dans la lumière de genêt, la

voile de sang

fait route vers toi.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments