Un oeil, ouvert

Heures, couleur mai, fraîches.

Ce qui n’est plus à nommer, brûlant,

audible dans la bouche.
Voix de personne, à nouveau.
Profondeur douloureuse de la prunelle :

la paupière

ne barre pas la route, le cil

ne compte pas ce qui entre.
Une larme, à demi,

lentille plus aiguë, mobile,

capte pour toi les images.
1959

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La belle matineuse

Les conditions de l’etre