Les Plus Lus

  • C'était OKC'était OK

    Vanités

    Hélas ! combien de fois j’ai déjà vu le cierge S’allumer tristement auprès d’un cher cercueil, Et suivi l’huissier noir qui frappe de sa verge Le pavé de l’église aux tentures de deuil ! Notre […] Plus

  • Rêves

    J’ai rêvé parfois que vos yeux Me regardaient avec tristesse, Que vos grands yeux bleus sérieux Me regardaient avec tendresse ; J’ai rêvé que vous écoutiez Ces mots sur qui la voix hésite, Et qui […] Plus

  • Le hameau

    Le hameau n’est qu’un tas sombre dans la falaise ; L’océan, sur la grève où flotte une lueur, Exhale un long soupir qui monte et qui s’apaise, Comme un être oppressé d’un éternel malaise ; […] Plus

  • In pejus ruit

    À Lucien Marcheix. Je porte des douleurs plus vieilles que moi-même, Mon cœur est encombré de chagrins hérités, Et je sens quelquefois mon front devenir blême De remords que je sais n’avoir pas mérités ; […] Plus

  • Les caresses des yeux

    Les caresses des yeux sont les plus adorables ; Elles apportent l’âme aux limites de l’être, Et livrent des secrets autrement ineffables, Dans lesquels seul le fond du coeur peut apparaître. Les baisers les plus […] Plus

  • Le sacrifice

    Par nos premiers regards sous les verts marronniers, Par nos premiers aveux dont mon cœur encor tremble, Par nos premiers baisers, et ces baisers derniers Où notre amour passé pour mourir se rassemble ; Par […] Plus

  • Séparation

    Ainsi donc tu t’en es allée ; Tu suivis, sans te retourner, La pâle et jaunissante allée Qu’Octobre allait découronner ! Je vis s’éloigner ta démarche, Qui vers moi se hâtait jadis ; Mes yeux, […] Plus

  • Une tempête souffle

    Une tempête souffle, et sur l’immense plage S’appesantit un ciel presque noir et cruel, Où s’obstine le vol grisâtre d’un pétrel, Qui le rend plus funèbre encore et plus sauvage ; Un tourbillon de sable […] Plus

  • L’acceptation

    Je te vis dans un rêve après un triste adieu : Tu marchais dans les plis pesants et magnifiques D’une robe en velours d’un plus céleste bleu Que celui des glaciers ou des flots atlantiques. […] Plus

  • À l’éternel amour

    Ô mer, ô mer immense et triste, qui déroules, Sous les regards mouillés de ces millions d’étoiles, Les longs gémissements de tes millions de houles, Lorsque dans ton élan vers le ciel tu t’écroules ; […] Plus

  • Les azurs

    Splendides reflets bleus des parois des glaciers, Qui plongez dans une ombre aussi bleue et splendide, Où les pâles azurs des cristaux, des aciers, Se réfractent sans fin en un saphir limpide, Où les argents, […] Plus

  • Ma douleur égoïste

    Faut-Il que ma douleur aussi soit égoïste ? Faut-il que par instants je tressaille surpris De trop souffrir pour moi ? — Dans quelle pose triste, Près de quelle fenêtre ouvrant sur des flots gris, […] Plus