Des routes estivales

Des routes estivales, des matins vieux, des ombres souveraines
Et voilà que les mots s’en sont allés comme tourterelles
Enfants sauvages, carcasses de silence sous leurs peaux brunes.
Silence de la mer déjà rentrée là-bas au creux de la colline
Dans l’au-delà des prés comme blessure.
Et pourtant, elle sait qu’il était question de dire le délice
Dans ces mots.
Délices à flanc de coteaux, d’escapades,
De sueur et de châteaux. Instants d’un monde tiède
Où courrait quelque chose qui subsisterait de la vague
Avec plusieurs corbeaux opiniâtres qui interpelleraient
Comme grives, mais tout gris dans les buissons nappés de givre.
Les mots sont partis et l’aïeule pour les dire.
Délices des matins de plume, des silences intrépides
Et des envolées sous l’édredon aux yeux gris.
Ardoise des jours.
Partout ces dames qui serrent leur gilet.
Délices tardif des pétales de rose que ta présence honore
Que ta présence adore et j’ose quelques mots que tu ne diras plus.
Fête incertaine d’être là, le jardin se repose
D’une vie de plus qui a fermé sa grille.
Dans le jardin, moins de plénitude qu’au cimetière
Ce matin, seule dans le brouillard.

Voter pour ce poème!

Jean Joubert Apprenti Poète

Par Jean Joubert

Jean Joubert, né le 27 février 1928 à Châlette-sur-Loing (Loiret) et mort le 28 novembre 2015 à Montpellier, est un poète et romancier français. Il a beaucoup écrit d'ouvrages, notamment de la littérature d'enfance et de jeunesse.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes tissent leur toile de mots. Ajoutez un fil précieux avec votre commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le vent vient de la mer

Aimer