Dernières histoires

  • Rose d’hiver

    Près des buis frissonnants, un matin de décembre,S’ouvrit en mon jardin une rose d’hiver.Ses pétales flavescents ornés de filets d’ambre,Jaillissaient d’un gracieux sépale à peine ouvert. Quelques flocons frôlaient son humide corolleComme offerte aux baisers déposés par la bise.Elle dansait ainsi qu’une flammerole…De quel amour secret se serait-elle éprise ? Ô […]

  • L’homme de désir

    Les merveilles du Seigneur semblent jetées sans ordre et sans dessein dans le champ de l’immensité. Elles brillent éparses comme ces fleurs innombrables dont le printemps émaille nos prairies. Ne cherchons pas un plan plus régulier pour les décrire. Principe des êtres, tous tiennent à toi. C’est leur liaison secrète avec […]

  • Mille morts

    Je suis dans le soleil endormi paresseux habité de pensées comme l’été d’abeilles Le soleil tout à ce qu’il fait n’est que lumière et que chaleur et l’arbre d’un seul mouvement n’a qu’une idée dans ses racines L’oiseau qui se pose sur l’arbre est oiseau de toutes ses ailes Toute en […]

  • Au jardin

    Au jardin dans le coin des pensées Mes amours se sont dépensées Simples et graves comme ces fleurs Portant leurs visages aux coeurs. Dans ma main que le baiser tourmente Repose mon profil d’amante. Mon profil, mon profil est cueilli. Bouquet de visage a vieilli. 1945

  • On m’éreinte…

    À Raymond Bonheur. On m’éreinte dans le Musée des familles, moi qui chante les anciens magazines et les rires charmants des jeunes filles qui le lisaient à l’ombre des charmilles. Une d’elles, rêveuse, et ses yeux bleus au ciel, le coude à son genou et la main au menton, songeait à […]

  • Les brumes

    Brumes mornes d’hiver, mélancoliquement Et douloureusement, roulez sur mes pensées Et sur mon coeur vos longs linceuls d’enterrement Et de rameaux défunts et de feuilles froissées Et livides, tandis qu’au loin, vers l’horizon, Sous l’ouatement mouillé de la plaine dormante, Parmi les échos sourds et souffreteux, le son D’un angelus lassé […]

  • Ma fenêtre était large ouverte sur la nuit

    Ma fenêtre était large ouverte sur la nuit. La maison reposant autour de moi sans bruit, J’écrivais, douloureux poète d’élégies, A la clarté dansante et douce des bougies. Un souffle d’air chargé des parfums du jardin Me ravit en entrant la lumière soudain, Et je me trouvai seul dans l’ombre avec […]

  • La nuit de mai

    La muse Poète, prends ton luth et me donne un baiser ; La fleur de l’églantier sent ses bourgeons éclore, Le printemps naît ce soir ; les vents vont s’embraser ; Et la bergeronnette, en attendant l’aurore, Aux premiers buissons verts commence à se poser. Poète, prends ton luth, et me […]

  • Puisque l’aube grandit, puisque voici l’aurore

    Puisque l’aube grandit, puisque voici l’aurore, Puisque, après m’avoir fui longtemps, l’espoir veut bien Revoler devers moi qui l’appelle et l’implore, Puisque tout ce bonheur veut bien être le mien, C’en est fait à présent des funestes pensées, C’en est fait des mauvais rêves, ah ! c’en est fait Surtout de […]

  • Apparition

    Où sont-ils les points cardinaux, Le soleil se levant à l’Est, Mon sang et son itinéraire Prémédité dans mes artères? Le voilà qui déborde et creuse, Grossi de neiges et de cris Il court dans des régions confuses; Ma tête qui jusqu’ici Balançait les pensées comme branches des îles, Forge des […]

  • Naissance

    Entre le soleil et la terre Un homme qui n’a pas de nom A sondé la grotte céleste De son alarmante chanson. Son front bourdonne de pensées Qui s’échappent en oiseaux gris Et se dissolvent dans la nuit Malgré leurs plumes hérissées. A peu de distance gravitent Les astres pauvres et […]