Suzanne

À H. Lantoine.

Dans la clarté renaissante et légère
Qui bondissait par les airs radieux,
Ses yeux charmants avaient plus de lumière,
Plus de rayons, plus d’azur que les cieux.

Il y tenait plus d’aube et plus d’aurore ;
Et par-dessus la chanson des oiseaux
Qu’un vent tiédi venait de faire éclore,
Dont s’enivraient et tremblaient les rameaux,

Montait sa voix jeune et passionnée ;
C’était au temps proche et déjà lointain
Où Mai frappait le front clair de l’année
Des lilas blancs qu’il tenait en sa main.

Et maintenant que Septembre commence,
Et que l’Été rentre ses chariots,
Elle est allée au pays du silence,
Où tout est noir, où tous les yeux sont clos.

Voter pour ce poème!

Auguste Angellier Apprenti Poète

Par Auguste Angellier

Auguste Angellier, né le 1er juillet 1848 à Dunkerque et mort le 28 février 1911 à Boulogne-sur-Mer est un poète et universitaire français, qui fut le premier professeur de langue et littérature anglaises de la Faculté des lettres de Lille, avant d'en être son doyen de 1897 à 1900.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes tissent leur toile de mots. Ajoutez un fil précieux avec votre commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sonnet

Tes chagrins abolis