Totem

De loin en proche de proche en loin le sistre des circoncis et un soleil hors mœurs

buvant dans la gloire de ma poitrine un grand coup de vin rouge et de mouches

comment d’étage en étage de détresse en héritage le totem ne bondirait-il pas au sommet des buildings sa tiédeur de cheminée et de trahison ?

comme la distraction salée de ta langue destructrice comme le vin de ton venin

comme ton rire de dos de marsouin dans l’argent du naufrage

comme la souris verte qui naît de la belle eau captive de tes paupières

comme la course des gazelles de sel fin de la neige sur la tête sauvage des femmes et de l’abîme comme les grandes étamines de tes lèvres dans le filet bleu du continent

comme l’éclatement de feu de la minute dans la trame serrée du temps

comme la chevelure de genêt qui s’obstine à pousser dans l’arrière-saison de tes yeux à marine chevaux du quadrige piétinez la savane de ma parole vaste ouverte

du blanc au fauve

il y a les sanglots le silence la mer rouge et la nuit

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Ecrit sur le tombeau

Si par peine et sueur et par fidélité