la finance

La finance,

en pur romantisme on dit qu’elle naquit
aux heures templières, dans un soucis chrétien
cœurs et corps libérés sont tout entier requis,
évitant de porter de l’argent en pèlerin.

Mais voilà, ce secours devint comme bien souvent
la pire des conséquences, vous connaissez la suite,
oubliez le pourquoi restera le comment,
l’intention est perdue, mais l’erreur fut induite… 

Aujourd’hui c’est « la Bête » dirait l’Apocalypse,
le monde la vénère dans la totale éclipse
de l’unique bonheur, où l’âme se fiance

dans l’amour éternel, gratuit et sans compter,
car du mot « charité » parfois est escompté
le don de soi aux autres, jamais dans la finance…

Voter pour ce poème!

zeugma Maître Poète

Par zeugma

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Soyez le soleil de notre poésie, brillez sur nos pages avec vos mots chaleureux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

vanité, vanité…

Règlement de comptes,