parents apparents

Parents,

si le droit à la vie appelle des devoirs,
et si l’incertitude nous empli de prudence,
nous avons déjà là un début de gérance
mais pas encore pourquoi nous pleurons dans le noir,

car la vie n’est pas droite, c’est tout juste un élan,
et demain, inconnu, fera quand même malheur
alors d’où vient ce lien protégeant de la peur,
quand parfois vieillissant, on redevient enfant,

la plus parfaite leçon ne vient jamais du maître
mais des élèves si, eux-mêmes savent reconnaître
un au-delà des mots, un secret dans le temps

pour ouvrir le passage à chaque génération
ils leurs faut le courage, la détermination
d’avouer : « seul l’amour nous enfante en parents… »

 

 

Voter pour ce poème!

Tu as lu ce poème et tu n'as pas encore laissé de commentaire? Quel gâchis! Donne ton avis, nous t'écoutons!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments