Dernières histoires

  • Kiosques

    En vain la mer fait le voyage Du fond de l’horizon pour baiser tes pieds sages, Tu les retires Toujours à temps. Tu te tais, je ne dis rien. Nous n’en pensons pas plus, peut-être. Mais les lucioles de proche en proche Ont tiré leur lampe de poche Tout exprès pour […]

  • Carmen

    Allons, allons ! vous voyez bien que je suis bohémienne; voulez-vous que je vous dise la bajia? Avez-vous entendu parler de la Carmencita ? C’est moi. J’étais alors un tel mécréant, il y a de cela quinze ans, que je ne reculai pas d’horreur en me voyant à côté d’une sorcière. […]

  • Lettres perdues

    Par les fentes de l’éternité Nous parlerons ensemble Cherchant nos souffles Peu à peu laissant nos voix Se réaccorder Toi ciel moi terre Nous parlerons longtemps longtemps Jusqu’à ce que l’été Nous couvre de volubilis Autour de moi les grandes fleurs Muselées du jour Mon cœur comme la mer Se retire […]

  • Se pétrir d’un voyage

    Je me souviens de l’océan Chaud et doux, S’entêtant à me séduire, S’allongeant sur mes rêves. Face aux torrents agités, crissants, d’ici, Je me souviens de la vie là-bas, Légère, Fluide comme une rivière, Traversante, Dans un horizon sans barrière. Je me souviens aussi, Du souvenir de vous, Mes êtres demeures, […]

  • Retour de la guerre

    « Qu’en dis-lu, voyageur des pays et des gares ? » Paul Verlaine. I Toi qui rêvais d’accorder dans ta voix L’allégresse d’aimer Et ce sanglot voilé, toujours fidèle, Appel de l’infini dans l’ombre de la joie, Ce beau sanglot du coeur avide et débordé Devant notre impuissance, hélas, à tout étreindre. Toi […]

  • Charmer la ville

    Je viens de loin Je viens de l’île Cernée d’émeraudes. Ce pays long Ses monts de mines ; Châteaux malins, Qui rodent En un lac blanc, Tels des chasseurs Ardant. J’ai pris le vent, J’ai plongée en ma rivière, Pour sillonner à vous. Pureté du chemin d’eau. J’ai pris mes plumes Pour […]

  • Enfantines

    I « Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. » I Corinthiens, XIII, 7. La grand’mère s’était assise, avait tiré Le saint livre du vieil étui tout déchiré, Avait pris dans saint Paul à la première Épître Dite « aux Corinthiens » le treizième chapitre, Avait […]

  • Le passeur d’eau

    Le passeur d’eau, les mains aux rames, A contre flot, depuis longtemps, Luttait, un roseau vert entre les dents. Mais celle hélas! Qui le hélait Au delà des vagues, làbas, Toujours plus loin, par au delà des vagues, Parmi les brumes reculait. Les fenêtres, avec leurs yeux, Et le cadran des […]

  • Tempête et calme

    L’ombre Suit Sombre Nuit ; Une Lune Brune Luit. Tranquille L’air pur Distille L’azur ; Le sage Engage Voyage Bien sûr ! L’atmosphère De la fleur Régénère La senteur, S’incorpore, Evapore Pour l’aurore Son odeur. Parfois la brise Des verts ormeaux Passe et se brise Aux doux rameaux ; Au fond […]

  • Dans l’air fraîchi, venant d’où…

    Dans l’air fraîchi, venant d’où, déclose comment ? Vers moi, par la fenêtre ouverte, une musique Déferle à petites vagues si tristement. Elle me fait à l’âme un mal presque physique. Confuse comme un songe… estce d’un piano, Estce d’un violon méconnu qui s’afflige Ou d’une voix humaine en élans comme […]

  • Un voyage à Cythère

    Mon coeur, comme un oiseau, voltigeait tout joyeux Et planait librement à l’entour des cordages ; Le navire roulait sous un ciel sans nuages, Comme un ange enivré d’un soleil radieux. Quelle est cette île triste et noire ? C’est Cythère, Nous diton, un pays fameux dans les chansons, Eldorado banal […]

  • La nuit de mai

    La muse Poète, prends ton luth et me donne un baiser ; La fleur de l’églantier sent ses bourgeons éclore, Le printemps naît ce soir ; les vents vont s’embraser ; Et la bergeronnette, en attendant l’aurore, Aux premiers buissons verts commence à se poser. Poète, prends ton luth, et me […]