Dernières histoires

  • C’est l’été

    C’est l’été mes amis, la chaleur est pesante, Il viendra de la mer une brise apaisante. Je vais donc de ce pas me rapprocher des flots, Pour chercher la fraîcheur et un peu de repos.   Des centaines de gens ont envahi la plage, Dérangeant au hasard crabes et coquillages. Sans […]

  • Le jour et la nuit

    Le jour et la nuit Lorsque l’astre du jour s’enfuit à l’horizon Que les ombres s’allongent autour de la maison, C’est entre chien et loup, à ce moment précis Que prend fin le combat du jour et de la nuit.   Là ! Je ferme les yeux, une minute intense, Un […]

  • Un gentilhomme…

    « Le rieur alors, d’un ton sage, Dit qu’il craignait qu’un sien ami, Pour les grandes Indes parti N’eût depuis un an fait naufrage. » JEAN DE LA FONTAINE. L. VIII. f. viii. Un gentilhomme, qui fuit la Cour et ses brigues, Donne un repas dans ces beaux lieux si reculés… […]

  • 04 – L’Empire d’Assyrie est tout réduit en cendre… [XXXI à XL]

    XXXI. L’Empire d’Assyrie est tout réduit en cendre, Par les Grecs sont vaincus le Perse et le Médois : Quatre Rois sont sortis du Sceptre d’Alexandre, Et leur couronne enfin fuit de Rome les Lois XXXII. Où sont ces Empereurs, ces foudres de la guerre, Qui des lauriers du monde environnoient […]

  • Aux conquérants ambitieux

    Vous que l’ambition dispose à des efforts Que n’oserait tenter un courage vulgaire Et qui vous conduiriez jusqu’au séjour des morts Afin d’y rencontrer de quoi vous satisfaire. Voulez-vous butiner de plus riches trésors Que n’en ont tous les lieux que le soleil éclaire ? Sans courir l’océan ni ravager ses […]

  • La belle Esclave maure

    Beau monstre de Nature, il est vrai, ton visage Est noir au dernier point, mais beau parfaitement : Et l’Ebène poli qui te sert d’ornement Sur le plus blanc ivoire emporte l’avantage. Ô merveille divine, inconnue à notre âge ! Qu’un objet ténébreux luise si clairement ; Et qu’un charbon éteint, […]

  • Ariane

    Et Dionysos aux cheveux d’or épousa la blonde Ariadnè, fille de Minos, et il l’épousa dans la fleur de la jeunesse, et le Kroniôn la mit à l’abri de la vieillesse et la fit Immortelle. Hesiode, Théogonie. Trad. Leconte de Lisle. Dans Naxos, où les fleurs ouvrent leurs grands calices Et […]

  • Pas plus que montagnes de glace

    Pas plus que montagnes de glace La haine en ces lieux où tout fond Ne saurait se faire une place. Puits d’amour le puits peu profond Où niche barbouillé de crème Le mensonge, enfant trop gâté. Troublentils le ciel de ce thé, Les laiteux nuages que j’aime ? Peu dangereux sont […]

  • Contes

    Ah ! si la Muse était tant soit peu fée, Chanter, vraiment, serait emploi des dieux ; Point ne pourrait le plus petit Orphée La bouche ouvrir, qu’on ne vît de tous lieux Courir les gens. Oui, nous ferions merveille, Et sous nos pas la foule toute oreille Ramasserait les miettes […]

  • Le sein d’Amaranthe

    Mon esprit qui toujours d’un vain espoir s’apaise, Compare votre sein, dont je suis envieux, A des jeunes boutons, puis il dit à mes yeux : Si vous les pouviez voir, ne mourriezvous point d’aise ? Ainsi dans mon esprit s’allume une fournaise, Et son feu se nourrit d’un objet gracieux, […]

  • Le soir, au son bruyant des cloches étourdies

    Le soir, au son bruyant des cloches étourdies, Qui de leurs premiers cris font émouvoir les cieux, Les Esprits à leur son, de leurs os ennuyeux, Descendent à milliers aux tombes engourdies. Les uns sont morts d’amour, de chaudes maladies, Les autres aux combats par le fer furieux, Mais de tous […]

  • La liberté des champs fait décrire à Silvandre

    les contentements d’un amour rustique Ne percez plus mon coeur, ô vanités serviles, De vos soucis tranchants, Éloigné de la Cour, je m’éloigne des villes Pour approcher des champs. Cet amour que j’y bois dedans l’oeil de Silvie M’est plus délicieux, Que ce que Jupiter pour nous donner envie Dit qu’il […]