Crépuscule du Matin

Il y a le merveilleux refrain

D’un timbre dur au dessin clair

Des mains qui volent sans raison

Blanche au revers des pommettes

Le duvet de la poudre

Et la paille du sort

Quand l’or coud fil à fil

Le désastre ou la fête

La trame des regrets dure sous la chanson

Les oreilles flétrie sous le vent qui bourdonne

Un pas de plus vers la maison

La raison que le cour me donne

Une ombre nue sur le trottoir

Des nus inconnus sans figure

L’homme se hâte vers le soir

Et les rêves tournent en rond

Dans le nimbes des réverbères

Âmes fardées par les démons
Le Temps est couvert de poussière.

Pierre Reverdy
Condition humaine

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments