L’ambition tancée

Aux rayons du soleil, le paon audacieux,

Cet avril animé, ce firmament volage,

Étale avec orgueil en son riche plumage

Et les fleurs du printemps, et les astres des cieux.
Mais comme il fait le vain sous cet arc gracieux

Qui nous forme d’Iris une nouvelle image,

Il rabat tout à coup sa plume et son courage

Sitôt que sur ses pieds il a porté les yeux.
Homme, à qui tes désirs font sans cesse la guerre

Et qui veux posséder tout le rond de la Terre :

Vois le peu qu’il en faut pour faire un monument.
Tu n’es rien que l’idole agréable et fragile

Qu’un roi de Babylone avait vue en dormant,

Ta tête est toute d’or, mais tes pieds sont d’argile.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments