Le navire

Je fus, Plante superbe, en Vaisseau transformée.

Si je crus sur un Mont, je cours dessus les eaux :

Et porte de Soldats une nombreuse armée,

Après avoir logé des Escadrons d’Oiseaux.
En rames, mes rameaux se trouvent convertis ;

Et mes feuillages verts, en orgueilleuses voiles :

J’ornai jadis Cybèle, et j’honore Thétis

Portant toujours le front jusqu’auprès des Étoiles.
Mais l’aveugle Fortune a de bizarres lois :

Je suis comme un jouet en ses volages doigts,

Et les quatre Éléments me font toujours la guerre.
Souvent l’Air orageux traverse mon dessein,

L’Onde s’enfle à tous coups pour me crever le sein

Je dois craindre le Feu, mais beaucoup plus la Terre.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments