Si tu pouvais…

Si tu pouvais savoir toute la tristesse

qui est au fond de mon cœur, tu la comparerais

aux larmes d’une pauvre mère bien malade,

à la figure usée, creuse, torturée et pâle,

pauvre mère qui sent qu’elle va bientôt mourir

et qui déplie pour son enfant le plus petit,

déplie, déplie, pour le lui donner

un jouet de treize sous, un jouet luisant, un jouet.
1897.

Voter pour ce poème!

Votre commentaire sera la cerise sur le gâteau de notre poème délicieux. S'il vous plaît, offrez-nous cette douceur.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments