Sur la fin de son cours le Soleil sommeillait

Sur la fin de son cours le Soleil sommeillait

Et déjà ses coursiers abordaient la marine,

Quand Élise passa dans un char qui brillait

De la seule splendeur de sa beauté divine.
Mille appas éclatants qui font un nouveau jour

Et qui sont couronnés d’une grâce immortelle,

Les rayons de la gloire et les feux de l’amour

Éblouissaient la vue et brûlaient avec elle.
Je regardais coucher le bel astre des cieux,

Lorsque ce grand éclat me vint frapper les yeux,

Et de cet accident ma raison fut surprise.
Mon désordre fut grand, je ne le cèle pas.

Voyant baisser le jour et rencontrant Élise,

Je crus que le Soleil revenait sur ses pas.

Voter pour ce poème!

François Tristan L'hermite Apprenti Poète

Par François Tristan L'hermite

François L'Hermite, sieur du Solier, dit Tristan L'Hermite, né en 1601 au château du Solier, près de Janaillat dans la Marche, et mort à Paris le 7 septembre 1655, est un écrivain et gentilhomme français.

Poemes François Tristan L'hermite - Découvrez les œuvres poétiques de François Tristan L'hermite

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La Furtive

L’abeille