Polyphème en furie

Je vous vois, couple infâme, enivré de plaisir,

Quand vos secrets complots m’ont enivré de rage.

Est-ce ainsi qu’on trahit mon amoureux désir,

Et que l’on ose encore irriter mon courage ?
Je vous vois, ménagez votre peu de loisir,

Vous ne me ferez plus que ce dernier outrage :

Ce morceau de rocher que je vais vous choisir

Vous presse de bientôt achever votre ouvrage.
Maintenant je vous tiens, rien ne peut détourner

Le juste châtiment que je vais vous donner,

Il faut que de ce coup je vous réduise en poudre.
Ainsi dit le Cyclope à deux amants transis.

Sa voix fut un tonnerre, et la pierre une foudre,

Qui meurtrit Galatée, et fit mourir Acys.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments