Misère de l’homme du monde

Venir à la clarté sans force et sans adresse,

Et n’ayant fait longtemps que dormir et manger,

Souffrir mille rigueurs d’un secours étranger

Pour quitter l’ignorance en quittant la faiblesse :
Après, servir longtemps une ingrate Maîtresse

Qu’on ne peut acquérir, qu’on ne peut obliger ;

Ou qui d’un naturel inconstant et léger,

Donne fort peu de joie et beaucoup de tristesse.
Cabaler dans la Cour ; puis devenu grison,

Se retirant du bruit, attendre en sa maison

Ce qu’ont nos derniers ans de maux inévitables,
C’est l’heureux sort de l’homme. Ô misérable sort !

Tous ces attachements sont-ils considérables,

Pour aimer tant la vie et craindre tant la mort ?

Voter pour ce poème!

François Tristan L'hermite Apprenti Poète

Par François Tristan L'hermite

François L'Hermite, sieur du Solier, dit Tristan L'Hermite, né en 1601 au château du Solier, près de Janaillat dans la Marche, et mort à Paris le 7 septembre 1655, est un écrivain et gentilhomme français.

Poemes François Tristan L'hermite - Découvrez les œuvres poétiques de François Tristan L'hermite

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'art de l'âme. Venez, comme Guillaume Apollinaire, exprimer la vôtre en commentant.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

35° 57′ Latitude Nord 15° 16′ Longitude Ouest

Fleurs