Obscur vallon, montagne sourcilleuse

Obscur vallon, montagne sourcilleuse
Qui vers Phoebus tient opposé le dos,
Nuit solitaire, hôtesse du repos,
Démons voisins de l’onde stygieuse,

Rocher pierreux, et vous caverne hideuse
Où les lions et les ours sont enclos,
Hiboux, corbeaux, augures d’Atropos,
Le seul objet d’une âme malheureuse,

Triste désert du monde abandonné,
Je suis esprit à grand tort condamné
Aux feux, aux cris d’un Enfer ordinaire,

Et viens à vous pour lamenter mon sort,
Fléchir le Ciel, ou, s’il ne se peut faire,
Mouvoir l’Enfer, les Parques, et la Mort.

Recueil : Amours de Phyllis

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

à propos de l’homme nouveau

Qu’as-tu ? pauvre amoureux…