Sur un Narcisse de marbre

fait en relief, de la main de Michel-Ange
Ce n’est ni marbre, ni porphyre,

Que le corps de ce beau chasseur,

Dont l’haleine d’un mol zéphyre

Évente les cheveux avec tant de douceur.

En cette divine sculpture,
On voit tout ce que la nature

Put jamais achever de mieux.

S’il n’entretient tout haut l’image ravissante

Que forme cette onde innocente,

C’est qu’on ne parle que des yeux,

Pour se bien exprimer sur une amour naissante.

Voter pour ce poème!

François Tristan L'hermite Apprenti Poète

Par François Tristan L'hermite

François L'Hermite, sieur du Solier, dit Tristan L'Hermite, né en 1601 au château du Solier, près de Janaillat dans la Marche, et mort à Paris le 7 septembre 1655, est un écrivain et gentilhomme français.

Poemes François Tristan L'hermite - Découvrez les œuvres poétiques de François Tristan L'hermite

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez l'encre de vos pensées couler sur nos pages virtuelles. Écrivez avec passion.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Terre

Poignardé par le choc