Les Plus Lus

  • La Jeune Parque

    à André Gide Depuis bien des années j’avais laissé l’art des vers : essayant de m’y astreindre encore, j’ai fait cet exercice que je te dédie. 1917 Le Ciel a-t-il formé cet amas de merveilles Pour la demeure d’un serpent ? Pierre Corneille Qui pleure là, sinon le vent simple, à cette heure Seule, avec […] Plus

    Lire la suite

  • À madame la princesse de Conti

    1619. Race de mille rois, adorable Princesse, Dont le puissant appui de faveurs m’a comblé, Si faut-il qu’à la fin j’acquitte ma promesse, Et m’allège du fait dont je suis accablé. Telle que notre siècle aujourd’hui vous regarde, Merveille incomparable en toute qualité, Telle je me résous de vous bailler en garde Aux fastes éternels […] Plus

    Lire la suite

  • Jalousie

    N’aimez plus tant, Phylis, à vous voir adorée : Le plus ardent amour n’a pas grande durée ; Les nœuds les plus serrés sont le plus tôt rompus ; A force d’aimer trop, souvent on n’aime plus, Et ces liens si forts ont des lois si sévères Que toutes leurs douceurs en deviennent amères. Je […] Plus

    Lire la suite

  • Le capitaine

    Peut-être un palanquin pour toute ma détresse Suffirait-il s’il est balancé par l’amour, Si dans le soir hindou au duvet de velours, Il m’enveloppe avec des ruses de maîtresse. De tendres éléphants, le dos rond de bontés, Et dont la trompe joue aux cornes d’abondance, Ne pourront-ils jamais donner la confiance A ce cerveau qui […] Plus

    Lire la suite

  • Au Roi (I)

    (Sur la prise de Maastricht.) Sonnet. Grand roi, Maastricht est pris, et pris en treize jours : Ce miracle était sûr à ta haute conduite, Et n’a rien d’étonnant que cette heureuse suite Qui de tes grands destins enfle le juste cours. La Hollande, qui voit du reste de ses tours Ses amis consternés, et […] Plus

    Lire la suite

  • Messe de minuit

    Chapelets, bruits de pas, accès de toux, murmures… Des légions d’ave s’en vont heurter au ciel. L’orgue joue en sourdine un antique noël Et le peuple, tout bas, répète les mesures. Ils reviennent couverts de nouvelles blessures Ceux qui de l’an dernier espéraient tant de miel, Et gagnés par la crèche, offrent à l’Eternel L’encens […] Plus

    Lire la suite

  • Les assis

    Noirs de loupes, grêlés, les yeux cerclés de bagues Vertes, leurs doigts boulus crispés à leurs fémurs, Le sinciput plaqué de hargnosités vagues Comme les floraisons lépreuses des vieux murs ; Ils ont greffé dans des amours épileptiques Leur fantasque ossature aux grands squelettes noirs De leurs chaises ; leurs pieds aux barreaux rachitiques S’entrelacent […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.