Au Roi (I)

(Sur la prise de Maastricht.)

Sonnet.

Grand roi, Maastricht est pris, et pris en treize jours :
Ce miracle était sûr à ta haute conduite,
Et n’a rien d’étonnant que cette heureuse suite
Qui de tes grands destins enfle le juste cours.

La Hollande, qui voit du reste de ses tours
Ses amis consternés, et sa fortune en fuite,
N’aspire qu’à baiser la main qui l’a détruite,
Et fait de tes bontés son unique recours.

Une clef qu’on te rend t’ouvre quatre provinces ;
Tu ne prends qu’une place et fais trembler cent princes ;
De l’Escaut jusqu’à l’Ebre en rejaillit l’effroi.

Tout s’alarme ; et l’Empire à tel point se ménage,
Qu’à son aigle lui-même il ferme le passage
Dès que son vol jaloux ose tourner vers toi.

Voter pour ce poème!

Rhita Benjelloun Apprenti Poète

Par Pierre Corneille

Pierre Corneille, aussi appelé « le Grand Corneille » ou « Corneille l'aîné », né le 6 juin 1606 à Rouen et mort le 1ᵉʳ octobre 1684 à Paris, est un dramaturge et poète français du XVIIᵉ siècle.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse des mots. Invitez-vous sur la piste, dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Au Roi

Chanson