Messe de minuit

Chapelets, bruits de pas, accès de toux, murmures…
Des légions d’ave s’en vont heurter au ciel.
L’orgue joue en sourdine un antique noël
Et le peuple, tout bas, répète les mesures.

Ils reviennent couverts de nouvelles blessures
Ceux qui de l’an dernier espéraient tant de miel,
Et gagnés par la crèche, offrent à l’Eternel
L’encens de leur espoir en ses bontés futures.

Noyé de luxe en son berceau de mendiant
Que veillent les bergers et les rois d’orient,
L’enfant divin sourit, du fond de son étable.

Désespérant tableau du sort inévitable,
Là naissance et bonbeur ; en même temps je vois :
‘ Onzième station : Jésus mis sur la croix. ‘

Les forces

Voter pour ce poème!

Alphonse Beauregard Apprenti Poète

Par Alphonse Beauregard

Né à La Patrie (Compton en Québec) le 5 janvier 1881, Alphonse Beauregard doit abandonner ses études à la mort de son père. Il pratique alors divers métiers, tout en publiant des poèmes dès 1906 dans quelques journaux et revues (parfois sous pseudonyme de A. Chasseur). Il prend une part active à la rédaction du Terroir et devient secrétaire de l'école littéraire de Montréal, tout en travaillant comme commis au port de Montréal. À peine élu président de l'école, il meurt asphyxié au gaz le 15 janvier 1924. Son poème « Impuissance » est paradoxalement un des plus puissants de cette époque.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est une baguette magique. Enchantez notre forum de poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’esté de Rome

Laisser ma trace