Messe de minuit

Chapelets, bruits de pas, accès de toux, murmures…
Des légions d’ave s’en vont heurter au ciel.
L’orgue joue en sourdine un antique noël
Et le peuple, tout bas, répète les mesures.

Ils reviennent couverts de nouvelles blessures
Ceux qui de l’an dernier espéraient tant de miel,
Et gagnés par la crèche, offrent à l’Eternel
L’encens de leur espoir en ses bontés futures.

Noyé de luxe en son berceau de mendiant
Que veillent les bergers et les rois d’orient,
L’enfant divin sourit, du fond de son étable.

Désespérant tableau du sort inévitable,
Là naissance et bonbeur ; en même temps je vois :
‘ Onzième station : Jésus mis sur la croix. ‘

Les forces

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’esté de Rome

Laisser ma trace