temps pour tant,

Temps,

Puis qu’aucune physique fut-elle quantique
Ne peut saisir à temps l’espace vital,
C’est qu’une forme (1) unit, à l’hypothétique,
L’incontournable, présence primordiale (2) ,

La direction de la flèche du temps,
Ayant sa cible dans l’interaction,
Donnerait l’indice par le mouvement
Du sens terminal, des raréfactions ?

Ce tout, déroulant du grand au petit,
La succession semblerait chaotique,
Mais aléatoirement répartit,
Pourtant, de temps en temps paraît, l’Unique !

Passons donc notre chemin ensemble,
Dans la participation, il y a tant
De certitudes et de doutes, où semblent
Se joindre, l’éternité à notre temps…

 

1 : la forme :  ici entendez l’âme

2 : présence primordiale : c’est l’implication participative de chaque réalité à l’univers 

Voter pour ce poème!

Le poème est un feu qui brûle en nous, alimenté par les mots qui nous touchent. Laissez votre flamme briller en laissant un commentaire

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments