printemps pour longtemps

Printemps,

Nous commencions nos journées dans le chant des oiseaux,
à peine connaissions-nous les gens, au-delà des collines,
des fêtes immémoriales accueillaient le renouveau,
jours plus longs, premiers bourgeons, le reste se devine,

jamais la nature n’aura forcé notre confiance
elle est toujours fidèle se donnant au rendez-vous
sans tricherie, et pour cela, les corps se fiancent,
la terre et le soleil et puis, certains d’entre nous,

c’est par le cycle continu de ces grands astres
portant en chaque lieu les joies et les désastres,
les consciences se firent alors un espoir empruntant,

à l’hiver sa patience, à l ‘été son ardeur,
à l’automne la force enfouie, du feu de ces couleurs
renaissante en hommage, à la vie du printemps…

 

 

Voter pour ce poème!

Si tu n'as pas encore laissé de commentaire après avoir lu ce poème, c'est comme si tu avais oublié de mettre du sel dans ton plat préféré. Tu veux vraiment passer à côté de cette occasion de partager tes pensées?

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments