Les Plus Lus

  • Ballade à mes mots de ventre

    Ballade à mes mots de ventre   Il suffirait un jour que je devienne beau, Que je perde mon ventre, que je ne sois plus gros, Un bellâtre, en quelque sorte, Pour que la belle gens, celle portant jupons, Me décoche en passant, un long regard fripon, Me disant viens, ouvrant sa porte.   Dois-je […] Plus

    Lire la suite

  • À saute mouton

    Habillés en livrée de mots Fracs bien mis Cols amidonnés de grammaire Ils surveillent le niveau De leur dictionnaire   On me montre du doigt Mon orthographe crie misère Et ma seule licence Celle de mes amis Ne compte guère   Par dessus leurs pages J’ai sauté Sous les lustres Leurs idées n’éclairaient personne Ils […] Plus

    Lire la suite

  • André Breton

    Ce n’est rien Un fantôme Un reflet dans un miroir Une ombre Rien   C’est tout Deux mots qui s’entichent d’une phrase Un réverbère s’allume Une main qui lance des éclairs Spontanément D’un seul jet Tout   Lui ” Bois et charbons “ Une enseigne Et Nadja qui passe Rue Fontaine   Moi ” Mieux […] Plus

    Lire la suite

  • Bonheur du jour

    Un jour Beau comme le jour Se lève Quand tu te lèves   Tes yeux Tout étonnés Clignotent sur tes rêves   Donne-moi un baiser Doux Comme tes baisers De tes lèvres Cannelles et tabac mélangés   Un ciel Bleu comme le bleu du ciel Quand il est bleu Sans tache Que celle de l’oiseau […] Plus

    Lire la suite

  • Je n’ai rien inventé

    Je n’ai rien inventé   Je n’ai rien inventé qu’un poète n’ait dit. La chaleur de l’été, le rire d’un ami, Des cheveux galopant à vitesse du vent, Le fleuve paisible, la fronde du torrent, Les lunes de Pierrot, les courses au trésor, Je n’ai rien inventé et tu t’inventes encor.   Je n’ai rien […] Plus

    Lire la suite

  • Exposition

    Exposition   Ils sont là Dans le bleu indécis À peine dessinés   Des hommes des femmes Des enfants aussi Lignes sans perspective   Des trains partent Sans eux Des routes s’éloignent Sans eux Des avions passent Sans eux   Ils sont au bord des villes En marge du temps Derrière eux l’enfer   Déchets […] Plus

    Lire la suite

  • Tes yeux

    Tes yeux   T’es p’tite tu l’sais, Tout l’monde te l’dit. T’as l’corps coincé près des radis. Mais tes yeux …   C’est pas que j’veux complimenter, Y a pour çà tout un tas d’fêlés Qui t’tournent autour sans t’regarder, Qui font d’l’esbrouffe pour t’épater, Mais tes yeux …   Tu poses ta voix dans […] Plus

    Lire la suite

  • Rituel bancal

    J’irai, J’irai avec mes mains inaptes à dompter mes cheveux. J’irai avec mes mains perdues devant le clou et le marteau. J’irai avec mes mains inertes au pinceau comme à la truelle. J’irai avec mes mains inutiles aux mécaniques défaillantes. J’irai avec mes mains pendantes, immobiles, silencieuses. J’irai pourtant, avec mes mains en liesse sur […] Plus

    Lire la suite

  • Hé ! Ponge

    Ci-gît Sous fenouil et sous prêle, Francis Ponge. Gorgé d’eau et de vert, Sur son ventre posé, A nouveau fier dressé, Immortel, Et fauché chaque année pour que vive la vie, Le pré.   Vu de loin, comme pongé, Soulignant le ciel d’un mince liseré, Et jusqu’à l’horizon que nulle haie n’arrête, Ou fourré de […] Plus

    Lire la suite

  • À ta santé

    À ta santé   J’ai mis mon dictionnaire en perce, Pour trinquer avec Saint John Perse. Ce vin trop jeune est encore vert; En voulez vous monsieur Prévert ?   Première cuvée du dictionnaire Un peu d’alcool Apollinaire ? J’en étais sûr monsieur Verlaine, Verte la petite verveine.   De l’eau monsieur De La Fontaine […] Plus

    Lire la suite

  • Dans l’angle mort du temps

      Pendant que l’opulente certitude se mord la queue, Nous avons les yeux rivés de l’autre côté du monde, Sur cette partie verte gorgée de chlorophylle.   Ici, d’où nous sommes, rien n’a changé. Pourtant, la fuite immobile des jours bouscule le calendrier.   Nous sommes les rêveurs tapis dans l’angle mort du temps, Là […] Plus

    Lire la suite

  • Balancelles

    Balancelle, balançoire, Jouvencelle dans le soir, Jupe au vent.   Coccinelles à points noirs, Sentinelles de l’espoir, Sous l’auvent.   Pimprenelles pourpre noir, Péronnelles sans savoir, Nez au vent.   Etincelles ou miroirs Une belle qui se moire, Au torrent.   J’ensorcelle la douceur, Je chancelle de langueur, Indolent. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.