Vivant

 

L’âme se douche à l’aurore

Et la chair étonnée respire

Instant de l’innocence

Grâce du matin

Et puis le corps s’élance

Dans la cohue du jour

Pourquoi bats-tu mon cœur

Pour le fruit d’un sourire

Pour le goût  du soleil

Pour le pain frais qui craque

Sous la paume des hommes

Et pour l’oiseau qui passe

Insouciant du chasseur

Vivant

Etrangement vivant

Dans la gangue des haines

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est une perle dans notre océan de vers. Plongez avec élégance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Salvador Dali

On me dit