De Vérité

Quand lu répondais oui. on te coupait la tête.

Quand lu répondais non. on te coupait le cou.

La

Heur de vérité ne se montre au poète
Qu’à l’envers.

Le poil de vérité se portera beaucoup
Cet hiver.
Mes enfants, j’avais faim, j’ai mangé des tessons.

Je me souviens, c’était au temps des gros tambours :

On écoulait passer les chevaux, les caissons
Et la vieille

Artillerie à vent qui tapait sur la tour
Des corneilles.
Rien qu’en fermant les yeux, je comprenais mes loris.

El rien qu’en respirant, je respirais mon crime.

Dans la cellule 9. les condamnés à mort
Formant cercle

Sifflaient un air de chasse et trouvaient une rime
A «couvercle».
Le vin de vérité leur donnait mal au ventre.

Une aurore à fusils brillait sur leurs fémurs.

Amis, quels sont ces cœurs avec la lame au centre
Et pourquoi

Le vin de vérité qui suinte sur les murs
Se tient coi ?

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments