Coi, Tu

Je vois encor quelques hommes

Qui ne sont pas dans le rang. –

Caporal, qu’on les assomme

D’un bon coup de boomerang.
Formez le carré, peuplades.

Le triangle ou la circon-Férence et que les malades.

On les achève au harpon.
Achevez tout !

Achever,

C’est la fortune et le rêve

De l’ouvrage !

On va, je vais.

Je vis afin qu’on m’achève.
Et alors ? –

Alors quoi ? tu

Croyais qu’« alors », ça existe ?

Ce sont des propos d’artiste ;

Aux pieds, caporal : coi. tu.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments