Je t’ai donné le nom du retour

Je t’ai donné le nom du

Retour

et comme une oriflamme

je l’ai envoyé dans le rectangle de mon ciel

pour briser la courbe du temps

pour qu’il flotte

à chaque effluve

de ta présence

Retour

l’arbre surgira

puis des milliers d’autres

mais le premier rencontré

à l’intérieur du cercle de feu

sera l’oasis d’eau vive et d’ombrage

sera la part de printemps

que nous réserve

la tendresse du monde

Retour

l’offrande du soleil

revenu pour délier les mains de l’exil

de tous les faisceaux

de ses miroirs ressemblants

Alors s’épanouira le sourire

et le chant de sa genèse

sera à l’unisson

Retour

chaque homme porte en lui sa propre Jérusalem

mais la nôtre

n’est pas un port d’attache

où la tempête

s’éloigne et s’évanouit dans la mémoire

La nôtre

n’est qu’un nouveau seuil

après les embrassades

nous formerons une nouvelle caravane

vers d’autres seuils de lumière

Retour

les cités naîtront

à l’intersection des horizons

grandiront de fleuves humains

de l’écho des tâches quotidiennes

et le chant reprendra de plus belle

pour la résurrection de nos mains

Retour

je t’ai donné ce nom d’oriflamme

pour que nous restions toujours debout

guetteurs infinis

de la transformation

pour que le jour

où tu ne seras plus interdite

à ma plénitude

nous gardions toujours

cette passion indéracinable du périple

vers toutes les jérusalems humaines

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments