Les Plus Lus

  • Les enfants de Louxor

    Quand je sens, certains soirs, ma vie qui s’effiloche Et qu’un vol de vautours s’agite autour de moi, Pour garder mon sang froid, je tâte dans ma poche Un caillou ramassé dans la Vallée des Rois. Si je mourrais demain, j’aurais dans la mémoire L’impeccable dessin d’un sarcophage d’or Et pour m’accompagner au long des […] Plus

    Lire la suite

  • Le cul de ma sœur

    Ma sœur avait un cul quasiment historique mêm’ les vieux du quartier n’avaient jamais vu mieux il était insolent, il était poétique et le plus fort de tout c’est qu’il faisait sérieux On venait de très loin voir cette pièce unique Histoire de dir’ plus tard qu’on s’en était servi Un cul beau comme un […] Plus

    Lire la suite

  • Si tu me payes un verre…

    Si tu me payes un verre, je n’te demand’rai pas Où tu vas, d’où tu viens, si tu sors de cabane, Si ta femme est jolie ou si tu n’en as pas, Si tu traînes tout seul avec un coeur en panne. Je ne te dirai rien, je te contemplerai. Nous dirons quelques mots en […] Plus

    Lire la suite

  • Les Vieillards

    Les vieillards c’est pas beau, ça fout rien, ça fait d’l’ombre, Qu’on les fout’ n’importe où c’est moche et ça encombre, Les faire bosser macach’, c’est immoral comme tout, Ça vous f’rait mal juger, montrer du doigt partout. Alors on garde ça, juste un p’tit peu d’patience, On les coll’ dans un coin où ça […] Plus

    Lire la suite

  • Je vais m’envoler

    Ce soir je vais partir visiter les nuages, Je n’y suis pas encore mais ça va pas tarder, Je vois déjà des fleurs tout autour des visages, Tous les gens qui sont là commenc’nt à m’regarder Car si je réussis c’est extraordinaire. Ils ont raison d’attendre, ils seront pas déçus, Je sens que j’m’arrondis comme […] Plus

    Lire la suite

  • Je vais me foutre à l’eau

    Il paraît que je bois, que je bois trop souvent. J’aime le Juliénas et le Côte-Rôtie Le Chirouble et l’Brouilly et le Moulin-àVent, Ces liquides affreux qui vous gâchent la vie, Il paraît que j’en bois très exagérément, C’est peut-être pour ça que je perds la mémoire. Le Pommard, le Morgon et le petit Cahors, […] Plus

    Lire la suite

  • Monsieur le duc

    Dans un cercueil en bois des îles Monsieur le Duc a pris congé Des quelques trois cents imbéciles Qu’il appelait « mes bons sujets ». Mourir n’est pas toujours facile, Monsieur le Duc fit ça très bien, Sans grandiloquence inutile, Entre ses piqueurs et ses chiens. N’aimant que la chasse et les filles, Certain de […] Plus

    Lire la suite

  • Les Folles

    Si tu m’avais connu quand j’étais jeune et belle Y a seul’ment cinq six ans, t’aurais sauté en l’air Je peux dir’ que j’fauchais mon oseille à la pelle L’amour c’est un pactole mais faut savoir le faire J’ai fait mes premiers pas dans l’île de la Cité J’avais dans les treize ans, je n’ […] Plus

    Lire la suite

  • Les pauvres

    Les pauvres sont charmants, pour peu qu’on les approche. La plupart sont polis, j’en ai vu de tout près. Bien sûr, j’avais un peu de monnaie dans ma poche Mais ils n’en savaient rien, je n’ai donné qu’après. Les pauvres sont curieux, le travail les attire, Y compris les métiers fort sales et rebutants. Je […] Plus

    Lire la suite

  • Mémère

    Mémère, tu t’en souviens, de notre belle époque, C’était la première fois qu’on aimait pour de bon. A présent, faut bien l’dire, on a l’air de vieux schnocks, Mais c’qui fait passer tout, c’est qu’on a la façon. Tu t’rappell’s ta guêpière, à présent quand j’y pense J’en rigol’ tout douc’ment mais c’est plus fort […] Plus

    Lire la suite

  • Quarante ans

    Quarante ans, quarante ans, mais c’est le bout du monde ! Je me suis dit cela, c’était à peine hier, Et voilà qu’aujourd’hui c’est question de secondes… Quarante ans, pas déjà… Sinon à quoi ça sert D’avoir eu dix-huit ans, des cerises à l’oreille Et des fleurs aux cheveux, d’avoir tout espéré ? L’amour à […] Plus

    Lire la suite

  • Le bistrot d’Alphonse

    C’est au bistrot d’Alphonse, entre onze heures et minuit, qu’on est venus, trente ans, se tourniquer la gueule Et se pourrir le foie, un peu toutes les nuits. La folie va son train, la vache, elle agit seule. Nul ne l’entend venir mais son oeil est brillant Et notre cinquantaine à pas de loup s’approche. […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.